Accueil > Contact

L'Usine TMB-Méthanisation à Bordères-sur-L'Echez

Tarbes pour Tous rappelle sa position contre l'Usine TMB-Méthanisation

En dépit de l'avis favorable rendu par la commission municipale environnement, Tarbes pour Tous s'oppose à l’implantation d'une usine Traitement Mécano Biologique et Méthanisation à Bordères-sur-l’Echez

L'usine visitée à Bayonne par la commission environnement n'est pas encore en plein fonctionnement et n'est donc pas représentative. En revanche les retours d'expérience d'usines de ce type sont très inquiétants : les digesteurs se bouchent régulièrement, l'étanchéité des bâtiments et installations est aléatoire, les coûts des mesures correctives exorbitants, le compost parce qu'il est non conforme est incinéré, etc.... Les risques directs que nous redoutons pour les habitants de Tarbes sont :

LA PRODUCTION D'UN COMPOST TOXIQUE

Même si le cahier des charges d'exploitation est strictement respecté, l’absence de tri manuel en amont remet en cause la qualité du compost produit. Les poubelles sont collectées en mélange, elles contiennent des résidus toxiques (macération de pile par exemple, 1 sur 3 fini dans la poubelle, flacon de javel, produits chimiques etc.) Par ailleurs, quand on mélange toutes sortes de déchets (plastiques, tissus, liquides chargés en acides et en minéraux de tous ordres...) aux déchets organiques, on ne peut pas demander l'impossible aux bactéries qui ne peuvent digérer cette mélasse... c'est la raison pour laquelle les digesteurs bouchés régulièrement doivent être purgés et vidangés, les reliquats solides ou les lixiviats hautement toxiques devant être enfouis...

Quand le compost sera contrôlé en sortie, que faire du compost déclaré toxique? La matière non valorisée voyagera à nouveau vers un incinérateur ou une décharge (Toulouse ou Bénac) ces résidus se retrouveront dans la nature et iront polluer nos sols, les nappes d'eau etc....

LES NUISANCES OLFACTIVES :

Les ordures ménagères viennent de tout le département et ont déjà séjourné pendant plusieurs jours dans différents lieux de stockage (84 rotations de camions par jour sur la rocade de Tarbes)

Dans le dossier d'enquête publique, il est écrit que le compost sera stocké dans un hangar couvert mais non fermé. (le dossier Véolia et M. Piron parlent d'un hangar fermé, qui a raison?)

Même si des sas de confinements et rideaux d'air sont prévus pour limiter les odeurs, ils resteront insuffisants, des odeurs résiduelles sont inévitables. L'usine se situe à moins de 1500 mètres du nord de la ville de Tarbes. La mise en place de sentinelles ne résout pas le problème : à Angers par exemple, le réseau est composé de pratiquement 50 sentinelles, doublé d'un site internet où l'on peut faire les signalement d'odeurs, ces sentinelles ne feront que signaler les problèmes mais les nuisances seront là!

UN INVESTISSEMENT QUI NE RESOUT PAS LE PROBLEME DES DECHETS :

Le coût d’installation est en soi déjà substantiel : 47M€ pour la seule implantation (budgétés en 2012 à reconsidérer en fonction des diverses augmentations). De plus, aucune donnée n’a été rendue publique sur le coût de fonctionnement de l’installation. Nous nous interrogeons également sur d’éventuels surcoûts : les usines semblables (Angers, Montpellier) ont en effet engendré des coûts supplémentaires significatifs liés aux importantes nuisances pour les riverains (jusqu'au doublement de la facture).

Par ailleurs, ce type d'usine ne diminue quasiment pas la part de l'enfouissement : à ce jour aucune usine de même type construite en France ne procure pleinement satisfaction et ne fonctionne correctement. Sur les 70,000 tonnes entrantes, on peut estimer que 76,71% des Ordures Ménagères Résiduelles, compost y compris, ne seront pas valorisés par l'UTV 65 (dont 35% seront enfouis).

Outre ces nuisances à court terme pour les habitants du Nord de Tarbes, les nuisances à long terme sur notre environnement ne peuvent être ignorées sous prétexte que nous ne disposons pas d'autre solution évidente.

Même si les sites d’enfouissements arrivent à saturation dans notre département, nous estimons que ce projet n’est pas suffisamment à maturité. Notre responsabilité est d'aboutir à un projet permettant de réduire et traiter efficacement nos déchets et d'assurer aux contribuables une moindre augmentation de la taxe d'ordures ménagères. Nous demandons au Conseil Général et au SMTD de prendre des mesures fortes pour la réduction et la meilleure gestion de nos déchets par exemple par une harmonisation du tri au niveau du département, et en envisageant d'autres solutions notamment les fours oscillants commercialisés par EDF (pas d'émission de carbone dans l'air)...