Accueil > Contact

Le Grand Tarbes

TARBES POUR TOUS ET LA NOUVELLE CARTE INTERCOMMUNALE

 

La mise en place du nouveau découpage intercommunal est certainement le fait le plus important pour l'organisation future de notre département et de notre agglomération tarbaise.

 

La loi NOTRe publiée le 7 août 2015 met en place un dispositif très encadré et rapide pour rationaliser les cartes intercommunales dans les départements. La date d'adoption des nouveaux schémas est fixée au 31 mars 2016, avec une date limite de notification des arrêtés de projets de périmètre fixée au 15 juin 2016. La mise en œuvre effective sera le 1er janvier 2017.

 

A Tarbes pour Tous, notre préférence va à deux schémas qui ont chacun leur logique mais sont également défendables :

 

 1/ le premier schéma reprend pour l'essentiel la proposition de Madame la Préfète. A savoir le regroupement de six intercommunalités : Grand Tarbes, Pays de Lourdes, Canton d'Ossun, Bigorre-Adour-Echez, Batsurguère, Gespe-Adour-Alaric. Cet axe Tarbes-Ossun-Lourdes est le cœur économique du département. Il reprend le périmètre du schéma de cohérence territoriale actuel  (SCOT TOL). On trouve dans cette aire les principales activités économiques (industrie, commerce, artisanat, services), la ville Préfecture Tarbes, la zone aéroportuaire (syndicat mixte Pyrénia, Pyrène Aéropole) et la notoriété internationale de Lourdes. Il est clair que ce territoire serait le moteur du département et, avec plus de 120.000 habitants, il aurait la capacité d'impulser de grands projets et de dynamiser les actuelles structures industrielles, touristiques et aéroportuaires. Dans la grande région Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon qui verra le jour en fin d'année ce schéma nous permettrait d'exister face aux autres grandes agglomérations. Cela nous permettrait aussi de parler d'égal à égal avec l’agglomération paloise.

 

De plus ce schéma a le mérite de calquer à un territoire qui a déjà une vie institutionnelle, car les trois intercommunalités (Canton d'Ossun, Grand Tarbes, Pays de Lourdes) travaillent ensemble avec le Département et la Région pour une gestion commune de l'aéroport et de sa zone d’'activité (syndicat mixte Pyrénia). On peut aussi citer le GIP Politique de la Ville qui concerne le Grand Tarbes et la Ville de Lourdes en support du contrat de ville, mais aussi le domaine des transports avec le syndicat mixte de transport «Le Fil Vert » qui réunit le Grand Tarbes, les Pays de Lourdes et le Conseil Départemental.

A notre avis il est pertinent d'ajouter au périmètre défini par Madame la Préfète l'intercommunalité du Montaigu qui penche naturellement vers Lourdes. Ce schéma regrouperait donc au final sept intercommunalités et serait le moteur économique de la Bigorre.

 

2/ le deuxième schéma qui nous semble pertinent est un schéma qui reprend les deux bassins de vie historiques de Lourdes et de Tarbes. Ces deux bassins de vie ont chacun une vraie culture et des réflexes d'attraction datant de plusieurs siècles. Ainsi au lieu d'avoir une grande intercommunalité regroupant sept intercommunalités actuelles, on garderait des affinités culturelles et économiques anciennes pour conserver un Grand Lourdes (Pays de Lourdes, intercommunalités de Batsurguère et du Montaigu) et un Grand Tarbes élargi à la grande couronne tarbaise (Bigorre-Adour-Echez, Canton d'Ossun, Gespe-Adour-Alaric). On perd de la puissance de frappe par rapport au premier schéma mais on préserve davantage les identités locales et aussi une gouvernance plus souple avec moins de communes rassemblées.

 

Un grand débat doit maintenant s'instaurer entre les élus des différentes intercommunalités. Il ne faut pas perdre de temps car le calendrier est serré. Il est important d'y associer les populations en recueillant les avis des différents secteurs professionnels, des associations, des simples citoyens qui  voudront bien s'exprimer. La loi fixe de nombreuses précisions sur la gouvernance, la fiscalité, la dotation d'intercommunalité et les compétences. Des périodes de lissage de plusieurs années sont prévus à compter des arrêtés de fusion. Il faut entrer sereinement dans cette nouvelle intercommunalité en privilégiant la qualité des projets et des synergies à mettre en place pour faire du développement mais aussi des économies dans une époque où l'argent public se fait plus rare.

 

Pour finir, il ne faut pas se disperser dans de vaines luttes d'influence ou entretenir des polémiques stériles. A ce sujet nous sommes consternés par la façon dont le maire de Tarbes a lancé le débat de l'intercommunalité avec une proposition farfelue consistant à faire sortir Tarbes du Grand Tarbes.

Cette proposition du  maire de Tarbes est  totalement irrecevable au regard de la loi NOTRe. La loi NOTRe exige en effet « la définition de territoires pertinents au regard des bassins de vie, des SCOT et des unités urbaines au sens de l'INSEE ». Il est clair qu'une proposition visant à sortir la ville centre, Tarbes, de son pôle urbain, le Grand Tarbes, est en totale contradiction par rapport aux objectifs de la loi et que Madame la Préfète ne pourra jamais l'agréer.